mardi , 22 septembre 2020
Dernières nouvelles
Accueil » Actualités » Une nouvelle molécule naturelle pour traiter la résistance à l’insuline et le diabète de type 2
Une nouvelle molécule naturelle pour traiter la résistance à l’insuline et le diabète de type 2
Une nouvelle molécule naturelle pour traiter la résistance à l'insuline et le diabète de type 2

Une nouvelle molécule naturelle pour traiter la résistance à l’insuline et le diabète de type 2

Le diabète est connu pour être l’une des maladies les plus répandues dans le monde avec des millions de cas recensés chaque année. Le diabète est une maladie silencieuse qui peut évoluer avec le temps et aucun symptôme n’est enregistré pour le détecter. Il ne faut surtout pas sous-estimer le diabète. Un bon suivi et une alimentation équilibrée et surveillée sont essentiels.

Aujourd’hui, des chercheurs de la faculté de médecine de l’Université Laval viennent de découvrir une nouvelle molécule naturelle pour traiter le diabète de type 2 et la résistance à l’insuline. Selon les données diffusées par l’un des auteurs de cette recherche, le Pr André Marette, dans la revue Nature Medicine, cette molécule a la faculté de reproduire et d’imiter quelques réactions suite de l’activité physique.

Ce dérivé des Oméga 3 peut contrôler et réguler le glucose dans le sang. Il a été relevé que la PDX stimulait la sécrétion et la libération d’IL-6 qui est responsable de la diminution de la production de glucose via le foie en favorisant sa captation par les muscles. Plusieurs recherches et tests ont été effectués sur des souris et il a été constaté que ces dernières enregistraient une nette évolution via la diminution de la résistance à l’insuline.

Le Pr André Marette et ses collaborateurs à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec et de l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels (INAF), ont déclaré que cette molécule pourrait avoir des propriétés antidiabétiques identiques à quelques traitements donnés aux personnes atteintes de diabète. D’autres analyses plus approfondies seront effectuées pour mieux évaluer les effets antidiabétiques de cette molécule sur le corps humain. Selon des informations diffusées par l’Université de Laval relayées par Newswire.

François Xavier

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.