jeudi , 25 mai 2017
Dernières nouvelles
Accueil » Actualités » Le deuxième accusé du triple meurtre à Trois-Rivières a plaidé coupable aux six chefs d’accusation
Le deuxième accusé du triple meurtre à Trois-Rivières a plaidé coupable aux six chefs d’accusation
Le deuxième accusé du triple meurtre à Trois-Rivières a plaidé coupable aux six chefs d'accusation

Le deuxième accusé du triple meurtre à Trois-Rivières a plaidé coupable aux six chefs d’accusation

Le 11 février 2014, deux sœurs, âgées de 22 et 17 ans, ainsi que le petit ami d’une des deux jeunes femmes ont été abattus froidement à Trois-Rivières. La police avait réussi à identifier les agresseurs, deux jeunes hommes âgés de 16 et 17 ans.

Dans un premier temps, le premier accusé, âgé à l’époque de 16 ans, avait décidé de plaider coupable et aujourd’hui son complice a décidé de faire de même. Il fait face à six chefs d’accusations : trois pour meurtre prémédité et trois autres pour complot de meurtre contre la mère des deux jeunes victimes ainsi que des policiers.

La cause de ce triple meurtre reviendrait à une histoire de cœur. L’un des accusés était amoureux de la plus jeune des sœurs, mais cette dernière était déjà en couple, chose qui avait dérangé énormément le jeune homme d’où son passage à l’acte. Lundi, le plus jeune des accusés connaitra le début des plaidoiries sur sentence et pour le second, il sera de retour en Cour le 13 novembre prochain. Selon des informations de Radio Canada

François Xavier

Un commentaire

  1. Quel est la responsabilité morale et légale des amis proches, connaissances, qui ont lu les commentaires haineux de ces tueurs avant la drame, puisque ces derniers ont ont été jusqu’à publier leurs intentions de tuerie et suicide sur facebook, dans les jours/semaines précédents ?! Aurions-nous pu aviser les autorités ou les membres de leurs familles de vérifier la situation et éviter une telle tuerie ? Sans parler d’armes entre les mains de mineurs alors que nous leurs interdisons de boire, de voter, de sortir dans les bars, etc. On semble accepter la fatalité. Ici, j’ai le sentiment frustrant que l’insouciance et la passivité ont contribué à ne pas changer le cours des évènement, si peu soit-il. Peut-on changer la donne pour éviter le pire, la prochaine fois ?

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*