lundi , 21 septembre 2020
Dernières nouvelles
Accueil » Actualités » Suicides dans l’armée Canadienne : Des résultats inattendus
Suicides dans l’armée Canadienne : Des résultats inattendus
Suicides dans l’armée Canadienne Des résultats inattendus

Suicides dans l’armée Canadienne : Des résultats inattendus

Entre novembre 2013 et février 2014, les Forces Armées Canadiennes ont connu une vague de suicides très inquiétante. L’armée a décidé de comprendre les causes de ces suicides et les résultats ont été jugés inattendus puisqu’il a été constaté que sur les dix personnes ayant mis fin à leur vie, seul trois d’entre elles présentaient un syndrome de stress post-traumatique.

La plupart de ces soldats n’étaient pas menacés de perdre leur place au sein de l’armée même s’ils étaient sous traitements. Aucun changement n’était prévu pour eux.

Bien que la majorité de la population pense que la guerre en Afghanistan est la cause de ces pertes, il a été signalé, dans le rapport obtenu par La Presse Canadienne, que sur les dix soldats décédés, seuls 5 ont été déployés en Asie et la plupart n’y sont allés qu’une seule fois. 7 des 10 soldats ne présentaient au signe ni antécédents de tentatives de suicide.

Pour le colonel Colin MacKay, médecin chef de l’armée, ces données devraient être prises avec prudence et aucune conclusion ne devrait être tirée vu le manque de matières. En étudiant leur état matrimonial, il a été relevé que sept des 10 n’étaient plus en couple. Ils étaient soit séparés soit divorcés.

Pour la major Nicole Meszaros, il est très difficile de connaître les attentions des personnes et surtout de prédire qui d’entre ses soldats a des envies suicidaires. Elle a ajouté « qu’une personne ne présentant aucun signe à l’extérieur et répondant positivement aux traitements, un jour, décide de se donner la mort ». La défense a, depuis un bon moment déjà, lancé un appel aux soldats pour se manifester en cas de problème de santé mentale.

Ces constatations laissent croire que les soldats qui décident de mettre fin à leur vie ont des problèmes plus profonds que ceux qu’ils laissent voir, chose qui pousse les professionnels de la santé à appeler l’armée à combler les postes vacants dans le domaine de la santé mentale. Selon des informations de la Presse Canadienne.

Jean Baptiste

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.