mercredi , 30 septembre 2020
Dernières nouvelles
Accueil » Actualités » Salons de bronzage : La majorité n’applique pas la loi
Salons de bronzage : La majorité n’applique pas la loi
Salons de bronzage : La majorité n'applique pas la loi

Salons de bronzage : La majorité n’applique pas la loi

Pendant l’été, tous les vacanciers ne pensent qu’à une seule chose celle de prendre des couleurs en s’exposant au soleil, mais pendant l’hiver, ils se ruent vers les salons de bronzage. Ces salons, qui poussent comme des champignons un peu partout dans le monde, soulèvent la controverse ainsi que les critiques de plusieurs professionnels de la santé. Ces derniers insistent à ce que des mises en garde soient distribuées au sein de ces établissements afin de mettre les clients au courant des effets secondaires de ces rayons ultraviolets artificiels.

Option Consommateurs (OC) a tenu à mesurer l’application de la loi Québécoise au sein de plusieurs salons et a focalisé ses recherches sur une vingtaine de salons à Toronto et à Montréal. La surprise a été très grande pour les enquêteurs qui ont rendu public leurs données ce mardi matin, selon des informations de l’agence QMI. Selon les constations d’OC, ces salons n’appliquent en aucun cas les lois mises en vigueur par le gouvernement vu que quelques établissements, sujets de l’enquête, ne soucient absolument pas de l’âge du client. Plusieurs mineurs ont été acceptés sans aucun problème. Aucune mise en garde sur les effets nocifs du bronzage n’était affichée.

Selon le rapport, le personnel des salons essayent de vendre le service même si la personne ne répond pas aux critères d’acceptation : Une personne avec un teint très pâle ayant des problèmes de santé). 68% des personnes questionnées ne sont pas conscientes du danger que peuvent représenter ces expositions. Les constatations d’OC n’ont pas été du goût d’Alain Fournier, président de l’Association des salons de bronzage du Québec, qui a reproché à demi-mot ce manque d’informations au gouvernement du Québec et à son ministère de la Santé et des Services sociaux.

Pour lui, le gouvernement devrait s’assurer que les propriétaires des salons soient au courant de ces lois et ceci n’est faisable que via des rondes directes effectuées au sein des établissements concernées, selon la même source.

Jean Baptiste

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.