lundi , 28 septembre 2020
Dernières nouvelles
Accueil » Actualités » Régimes de Retraite : Le dépôt du projet de loi soulève la colère des syndicats
Régimes de Retraite : Le dépôt du projet de loi soulève la colère des syndicats
Régimes de Retraite Le dépôt du projet de loi soulève la colère des syndicats

Régimes de Retraite : Le dépôt du projet de loi soulève la colère des syndicats

Rien ne va plus entre le ministère des affaires municipales et les syndicats suite au dépôt du projet de loi sur les déficits des régimes de retraites des employés municipaux. A peine déposé jeudi à l’Assemblée nationale qu’il soulève déjà les critiques et les oppositions des syndicats qui déclarent la guerre au ministre Pierre Moreau.

Marc Ranger, porte-parole de la Coalition syndicale pour la libre négociation, a déclaré d’un ton très énervé qu’ils n’allaient pas se laisser faire et qu’ils allaient déployer tous les moyens nécessaires pour s’opposer à ce projet de loi qui vise de partager 50/50 les déficits passés et futurs entre les villes et les syndiqués. Pour les rentes des retraités, elles seront protégées, mais toute indexation est suspendue.

Pour M. Ranger, ce projet de loi « n’est pas un incitatif à la négociation, mais plutôt un incitatif à la confrontation ». Pour lui, il est clair qu’il a été présenté pour répondre aux attentes et demandes de l’UMQ et des maires Denis Coderre et Labeaume ». Le porte-parole de la Coalition syndicale pour la libre négociation donne déjà le ton des prochains jours et annoncent une période bien active pour les syndicats qui n’excluront aucun scénario.

Pour les maires Coderre et Labeaume, ils ne feront aucun commentaire sur ce projet de loi avant lundi. Ce projet de loi appelle les parties concernées pour une négociation d’une année et ce à partir de 2015. Trois mois supplémentaires seront accordés avec une possibilité de prolongation de trois autres mois. En cas de non accord, un arbitre sera sollicité pour trancher et prendre une décision dans un délai de six mois. Les prochains jours risquent d’être bien difficiles pour les parties concernées par ce dossier. Selon l’agence QMI

Marie Catherine

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.