jeudi , 25 mai 2017
Dernières nouvelles
Accueil » Actualités » Une grande partie des anglophones pensent sérieusement à quitter le Québec
Une grande partie des anglophones pensent sérieusement à quitter le Québec
Une grande partie des anglophones pensent sérieusement à quitter le Québec

Une grande partie des anglophones pensent sérieusement à quitter le Québec

Selon une enquête EKOS effectuée entre le 10 et 18 février dernier pour le compte de CBC et qui a questionné par téléphone 2020 Québécois, il a été relevé que la moitié de la population anglophone a sérieusement pensé à quitter le Québec l’année dernière.

Ces résultats n’ont pas été une grande surprise pour les anglophones et allophones qui trouvent que les conditions actuelles dans la province ne répondent plus à leurs attentes. Parmi les premières causes de cette décision et à part égale se trouvent des raisons économiques et également politiques. Ils trouvent que les niveaux des taxes appliquées restent très élevés et les valeurs politiques ne suivent plus.

Ce sont 16% des personnes questionnées qui ont évoqué ces deux incertitudes. Selon les déclarations du maire de la ville de Côte Saint-Luc, Anthony Housefather, relayées par nos confrères du JournalMétro, les anglophones sont très perplexes et inquiets par rapport aux mesures déployées par le gouvernement Marois.

Selon les chiffres diffusés, 75% des sondés ont exprimé leur méfiance par rapport à leurs droits aux côtés du PQ. Pour la plupart des personnes approchées lors de ce sondage, il est de plus en plus difficile de supporter les charges très élevées concernant l’imposition. La précarité des emplois pousse également les anglophones à changer de cap pour se donner le droit à une meilleure carrière professionnelle. Les enquêteurs ont effectué cette étude par téléphone auprès de 782 anglophones, 1009 francophones et 223 allophones.

Joseph Marie

17 commentaires

  1. La même rengaine à chaque élection…laissez que je verse une tite larme pour ces pauvres anglophones pesécutés, snif snif

    • Jérémie tu es vraiment un ignorant au vrai sens du mot ! En passant y a pas juste les anglophones qui songent à partir, nous on planifie notre départ, nous veut dire 4 enfants, ma femme et moi. J’ai hâte de vous voir crouler sous les dettes et surtout de voir toutes les promesses des gouvernements qui ne seront pas tenues. La relève restera pas ici mon Jérémie, j’ai hâte de voir qui va payer pour tous vos services. Québec = décadence. Snif

      • Qui va payer? C’est vous, votre femme et vos 4 enfants, par les transferts fédéraux. Puisque vous refusez que le Québec prenne sa dette entièrement sur son dos, alors payez-la!!! Et merci en passant!

    • Je suis quebecois et j ai quitter le mois passe pour l Alberta et je te promet que jamais je ne retournerai alors mes taxes tu peux les payer pour moi on s habitue Vite a l essence a 89 souset a ne pas entendre tout les jours une nouvelle hausse de taxes

      • Quand le pétrole bitumineux va cesser car il est nuisible a l’environnement Alberta va devenir une province tres pauvres. Et vous parlez pas de l’immobilier qui est exorbitant imaginer le jours que le bitumineux cessera les prix vont tomber ce n’est qu’une question de temps.

  2. Ce n’est pas en fuyant que les anglophones et allophones obtiendront ce qu’ils veulent. C’est en exerçant leur droit de vote et en faisant valoir leur point de vue.

    • Madame Denise, vous croyez encore que le vote change quelque chose à la situation économique ? Ne trouvez-vous pas que d’une élection à l’autre, on ne fait que de changer de chauffeu r alors que c’est la voiture -( le système économique – ) qu’il faut changer ? Vous croyez encore aux promesses des politiciens après toutes ces années alors qu’on sait bien qu’ils ne peuvent pas tenir leurs belles promesses puisqu’on est tout sous le même système financier corrompu. je ne blâme personne de quitter le Québec…Quand on a une famille , des enfants qui poussent, on n’a pas envi de les voir, une fois adulte, se débattre , travailler du matin au soir et donner la moitié de son salaire dûrement gagné en taxes et en impôt.

  3. Il ne faut pas oublier que pour un anglophone le Québec est un lieu de vie intéressant, mais aussi un défi linguistique et sociologique. De plus tout le reste du Canada lui est ouvert, avec souvent des niveaux de vie plus élevés et une façon de penser qui correspond à ses valeurs. Je connais beaucoup d’anglophones qui ne partiront pas, mais ils proviennent de vieilles familles québécoises ou bien de personnes particulières qui acceptent le défi de vivre ici et qui sont à l’aise en français. Pour ce qui est du niveau de vie, il faut le reconnaître, il y a mieux qu’au Québec, mais il est certainement possible d’arriver à tirer son épingle du jeu dans cette province. Quant à la peur de la séparation, c’est un sentiment qui est habilement entretenu par certains politiciens lors des élections. C’est de bonne guerre, mais cela ne correspond pas à la réalité. La séparation ferait suite à un référendum et à des négociations avec le ROC; nous n’en sommes pas là.

    • Wow… cela est un commentaire vraiment objectif et percutant car moi aussi j’ai plusieurs amis anglophones. Les médias sont vraiment responsables de la présente situation. C’est aussi un déjà vu des années 70 et 80 c’est comme l’histoire se répète.

  4. Pour ma part..
    J’ai quitté le Québec il y a un an. Je suis un pur québécois et séparatiste en plus. Si j’ai quitté c’est surtout pour les retours de services/taxes qui sont de plus en plus horribles à vivre. J’ai mis 15 ans à me trouver un médecin de famille puis, elle a fait exprès pour qu’elle puisse se débarrasser de moi. Donc je me suis dis, pourquoi devrais-je rester dans un monde féministe extrême. En ne donnant que des emplois de garderie à la fin le célibat est fatigué de payer et ne rien avoir en retour. Alors, c’est comparable qu’il y ai des gens qui quittent le Québec et beaucoup vont suivre dans un futur car le Québec dans le fond, est une vache à lait pour le Canada.

  5. Gilles, domage que tu as quitté le Québec. J’ai quitté l’Alberta pour le Québec (je suis née Albertain, Québécois d’adoption),
    le Québec offre des frais de électricité plus abordable (en Alberta c’est privatisé=cher),
    les habitations moins cher (pénerie de logements de qualité en Alberta),
    habitations plus abordable au Québec (meilleure qualité en plus),
    (vendre ton logement en Alberta est avantageux pour quitter la province)
    et le taux de crime au Québec est le tier de celui en Alberta!
    Au Québec l’assurance automobile coute moins cher qu’en Alberta (encore c’est privatisé en Alberta=cher)
    En générale le coût de la vie est plus abordable au Québec quand tu prend compte du tout.

    En Alberta mes voisins shootait de l’héroine et sniffait beaucoup de coke.

    Au Québec mes voisins sont respectable et y parle français en plus!

    Je me sens chez moi au Québec, les gens m’ont aidé apprendre la langue française et les Québécois sont très reconnaissant de mes efforts. Je regarde le télé francophone, les films pour mieux apprendre sans avoir besoin de formation dispendieuse (je loue des films/dvd).

    J’ai aussi trouvé une belle Québécoise et eut deux autres enfants.

    En plus, je fait plus d’argent ici au Québec. (en informatique)

    Je pense que la raison que les gens ne veulent pas faire un référendum au Québec c’est parce que la vie est trop belle ici. Pourquoi changer quand ça va ben!

  6. M. Olstad, je vous remercie d’expliquer à tous ceux qui veulent quitter comment nous sommes bien au Québec. Et ceux qui ne comprennent pas je dis bye bye. Vous ne serez jamais satisfait de toute façon.

  7. Bye bye à tous ceux qui sont pas content. Je suis bien heureux et fier d’un Québec en majorité français.

  8. Pour avoir vécu pendant deux années à l’extérieur du Québec mais toujours à l’intérieur du Canada, j’ai retenu deux choses importantes. La première c’est que le le peuple Québécois a une mentalité de colonisé. Il est grand temps qu’il évolue sur cet aspect. La deuxième, c’est que le Québec n’est pas très ouvert sur le monde… malgré ce que l’on peut dire dans son enceinte. Au Québec on se regarde un peu trop le nombril en quelque sorte.
    Je suis Québécois et encore fier de l’être. Mais il est grand temps que notre mentalité évolue… qu’on s’ouvre au monde extérieur et ses richesses. Ainsi, peut-être que des chartes et des accommodements raisonnables deviendront inutile chez nous…

    • Ma femme et moi pensons sérieusement a quitter le Québec, il semble impossible de se sortir du trou avec tout ces ti-joe connaissant qui ont une solution pour tout et rien.
      Le québec n’avance pas, c’est toujours la faute des anglais ! Allez voir ce qui ce passe a travers le mondr vous verrez que il n’y a pas seulement le québec ou la langue des affaires est l’anglais .
      Lâchez pas sortez vos casserolles et vos beaux discours !

      • Bizarre ce que vous dites je connais plusieurs nouveau arrivant des Français et ont depuis 6 mois d’excellent travail et eux sont tres heureux de vivre aux Québec

  9. Bonjour,
    Vu de mon petit coin de France, même si je sais différencier le Québec du Canada, on apprécie TOUS les canadiens.
    Le bien être reste à privilégier par rapport aux intérêts financiers non ? Les pays Scandinaves y restent très attachés également. Pouvoir être bien soigné, des infrastructures routières en bon état, pouvoir compter sur le système policier et la justice restent pour moi des choses importantes, tout cela a un coût, même si nos hommes politiques prennent plus soin de leur statut (surtout en France) que de leurs concitoyens en majorité, il suffit de voir des retraitables s’accrocher à leur fauteuil à 70 ans passés…

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*